Multimédia

Quand les poissons ont la surpêche

Afin de maintenir la biodiversité marine, mieux vaut se jeter à l’eau avec des réglementations de la pêche que de ne rien faire du tout. Mais pour ne pas aller à vau-l’eau, il est important de prendre en compte les relations biologiques entre les espèces. C’est ce que montrent les économistes Nicolas Quérou et Agnes Tomini en étudiant les effets de régulations de la pêche dans des situations non optimales.

Par Agnes Tomini

Agnes Tomini

AMSE, CNRS

,
Aurore Basiuk

Aurore Basiuk

AMSE, Aix-Marseille Université

Comme un poisson dans l'eau : la situation de la pêche en 2015. En 2015, 96,66 millions de tonnes de poisson on été pêchées et 33% des stocks de poissons étaient en surpêche.

Quelles relations biologiques peuvent avoir un impact sur les réglementations de la pêche ? Les relations biologiques sont la prédation, la compétition et le mutualisme.

Quels sont les effets d'une régulation spécifique de la pêche ? Une régulation spécifique à une seule espèce aura des impacts à la fois sur les stocks de poissons et sur les actions des pêcheurs qui diffèrent selon les relations biologiques entre espèces.

Quels sont les effets d'une régulation sur l'effort global de pêche ? Une régulation de l'effort global de pêche aura des impacts à la fois sur les stocks de poissons et sur les actions des pêcheurs qui diffèrent selon les relations biologiques entre espèces.

Les régulations de la pêche, quels impacts ? Récapitulatif des effets des différentes régulations sur les stocks de poissons et sur l'effort de pêche.