Santé et environnement

Quelle est la meilleure stratégie face au COVID ?

Photo by Adam Niescioruk on unsplash

Photo by Adam Niescioruk on unsplash

Les mesures de confinement sont-elles efficaces ? Aurait-il fallu tester la population ? Autant de questions qui enflamment le débat public. Les chercheurs Raouf Boucekkine (AMSE/AMU), Josselin Thuilliez (CNRS/CES) et Jérôme Adda (Bocconi, Milan) ont mis au point le projet « ECOVID-19 » pour y répondre et évaluer l’efficacité des politiques publiques françaises face à la crise actuelle. En revenant sur ses travaux antérieurs, Raouf Boucekkine montre l'intérêt d'un éclairage économique pour répondre aux crises sanitaires. 

Par Raouf Boucekkine

Raouf Boucekkine

AMSE, IMéRA

,
Claire Lapique

Claire Lapique

Aix-Marseille Université

Si l’épidémie s’est répandue comme une traînée de poudre sur l’ensemble de la planète, les politiques publiques en réponse à la crise sanitaire ont été bien différentes d’un bout à l’autre. En Corée du Sud ou au Japon, la vie semblait presque suivre son cours normal, exceptés le respect des mesures barrières par la population ainsi que l’arsenal technologique et la batterie de tests, déployés par le gouvernement. Stratégie qui n’a pas suscité l’intérêt du voisin chinois qui a confiné sa population durant deux mois. En Europe, des mesures similaires se sont mises en place. Parmi ces stratégies multiples, quelles sont celles qui payent le plus ? C’est l’objectif du projet ECOVID-19 qui fait partie des 3 projets en économie retenus par l’Agence Nationale de la Recherche (sur un total de 86, toutes disciplines confondues) suite à son appel flash Covid-19 de mars 2020.

Véritables tragédies sur le plan humain, les épidémies ébranlent aussi sérieusement le tissu économique. L’épidémiologie économique permet de prendre en compte l’impact des maladies sur l’économie et le comportement de la population face à ces nouvelles donnes. Cette prise de température est plus qu’utile pour identifier les meilleures réponses à adopter pour enrayer les épidémies tout en réduisant les coûts économiques. En revenant sur ses travaux antérieurs, Raouf Boucekkine nous montre comment cette discipline est éclairante face au défi actuel.

Photo de médicaments

Photo by Volodymyr Hryshchenko on Unsplash

Quels traitements pour quelles maladies ?

C’est d’abord en République Démocratique du Congo que Raouf Boucekkine s’est penché sur le sujet. Une question trottait alors dans sa tête : comment les pandémies peuvent pénaliser le développement ? Terre-mère d’un nombre considérable d’épidémies, et, en particulier du virus du SIDA, le Congo-Kinshasa a été un des terrains d’enquêtes privilégiés de l’économiste.

Mais au-delà de l’épidémie ravageuse du SIDA, bien d’autres maladies ont secoué le monde. En l’espace d’un an par exemple, la grippe espagnole a tué plus de 40 millions de personnes entre 1918 et 1919 : c’est plus que la Première Guerre mondiale ! Pour prendre en compte l’hétérogénéité des pandémies, le chercheur a mis au point un modèle englobant, permettant d’étudier des épisodes aux caractères distincts. 

Pour comprendre leur impact économique, il faut donc d’abord les identifier. Combien de temps dure-t-elle ? Une pandémie comme la grippe espagnole qui foudroie en l’espace de peu de temps n’a pas les mêmes conséquences économiques qu’une épidémie comme celle du SIDA qui s’étend dans le temps. La première produit un effet de déséquilibre (imbalance effect) ponctuel mais très fort, qui peut être suivi ou non d’une reprise. En effet, dans le régime néoclassique, après un choc comme une guerre ou une épidémie on peut observer une accélération de la croissance à court terme qui rattrape des effets du choc négatif initial. Cela marche bien pour les guerres mais pour les épidémies cela dépend du profil de mortalité induit par la dynamique épidémique. La seconde peut modifier durablement les comportements socioéconomiques, et peut donc avoir un effet de long-terme important1. Les épidémies récurrentes (ou à plusieurs vagues) comme la peste noire qui ont décimé l’Europe au Moyen-Âge ou le paludisme en Afrique subsaharienne peuvent conduire à des trappes de pauvreté mais peuvent aussi aboutir à un phénomène d’immunisation collective2. C’est un débat que l’on retrouve aujourd’hui concernant l’épidémie de Covid-19.

Il faut aussi s’intéresser aux individus qu’elles ciblent : sont-ils âgés, comme dans le cas d’une grippe saisonnière ? Ou, au contraire, comme dans le cas du VIH, plutôt jeunes, constituant ainsi une bonne partie de la population active et en âge de travailler ? Le profil de la mortalité par âge est donc un indicateur crucial de l’impact économique potentiel d’une épidémie donnée.

  • 1. Boucekkine R., Bity Diene B., Azomahou T., 2008, "Growth Economics of Epidemics: A Review of the Theory," Mathematical Population Studies, Taylor & Francis Journals, 15(1),1-26
  • 2. Boucekkine R., De La Croix D.,Licandro O., 2003, "Early Mortality Declines At The Dawn Of Modern Growth", Scandinavian Journal of Economics, 105 (3), 401-418
Portraits masqués sur un mur

Photo by Adli Wahid on Unsplash

Des effets secondaires variables

Les épidémies peuvent avoir des conséquences très distinctes sur l’activité économique. Une population en mauvaise santé fait chuter la productivité (effet dit de morbidité) et la hausse de la mortalité réduit l’activité des employés. Mais les conséquences peuvent être plus insidieuses et jouer sur les croyances et les comportements des individus. Ces derniers peuvent par exemple concentrer leurs dépenses sur la consommation de base et la santé, pour reléguer au second plan les investissements. C’est le cas des pays où les dépenses de santé sont majoritairement privées à défaut d’un système de santé public inclusif. C’est malheureusement le cas encore de nombreux pays africains. Mais le cas états-unien nous rappelle que ce n’est pas uniquement l’apanage des pays dits sous-développés.

Les conséquences ne sont pas toujours immédiates et peuvent même s’observer après plusieurs décennies. C’est ce que montre Raouf Boucekkine, Théophile T. Azomahou et Bity Diene à propos de l’épidémie de SIDA en Afrique du Sud. Il faut attendre une vingtaine d’année avant que les impacts les plus négatifs sur la croissance ne soient observés3. Il s’agit d’une application empirique de « l’effet Ben Porath ». Selon ce dernier, plus l’espérance de vie est réduite, moins l’éducation est rentable, ce qui réduit l’accumulation de capital humain dans le moyen et long terme, affectant ainsi la croissance. 

Face à la crise sanitaire actuelle, ce n’est pas seulement l’épidémie qui tacle l’économie mais aussi les réponses gouvernementales pour l’endiguer. La fermeture des écoles, les quarantaines, le chômage partiel…ont pour but de réduire les conséquences dramatiques de la maladie, mais elles ont un effet secondaire, et à long-terme, peuvent troubler l’économie. 
 

  • 3. Azomahou T. T., Boucekkine R., Diene B., 2016, "HIV/AIDS and Development: A Reappraisal of the Productivity and Factor Accumulation Effects," American Economic Review, 106(5), 472-477

Une épidémie masquée

Difficile d’identifier la meilleure stratégie face à une épidémie qui masque un bon nombre de paramètres. Parce qu’elle est nouvelle, un voile d’incertitude plane sur son impact sur les populations. Sur le plan épidémiologique, de nombreuses questions restent ouvertes. Une part importante de la population infectée pouvant être asymptomatique, il est compliqué d’identifier les individus porteurs sans tester la population. De la même façon, les personnes atteintes de grippes ou de rhum génèrent souvent les mêmes symptômes, de quoi brouiller un peu plus les pistes. Sur le plan politique, difficile d’y voir plus clair, face aux bifurcations discursives des derniers mois. Les autorités semblent évoluer à l’aveugle. La modification du discours d’Emmanuel Macron au cours du temps en est une illustration précise. 

Quelle est la durée à privilégier pour un confinement efficace ? Comment en sortir ? Aurait-il fallu tester la population ? Ou encore privilégier l’immunité collective ? Ces politiques ne peuvent être efficaces que si elles sont acceptées par le plus grand nombre. Pour les évaluer il faut aussi prendre en compte la capacité des populations à les adopter et à les respecter, autrement dit à croire et se fier aux mesures proposées. 

Comment les individus et les autorités publiques s’adaptent tout au long de la crise ? Les économistes ont mis au point un modèle permettant de prendre en compte le rôle des croyances et de l’apprentissage dans un contexte d’incertitude. En effet, ce sont ces comportements qui affectent en retour la propagation de la maladie et ses conséquences économiques. 

Dans leur projet, les économistes s’appuient sur les données des services de santé français pour saisir le comportement des individus. En les analysants, ils pourront identifier les paramètres qui ont le plus de conséquences sur la propagation de l’épidémie. Suivant le rythme d’actualisation des croyances et des comportements, les paramètres peuvent varier, et l’apprentissage ne se fait pas seulement du côté des individus, les autorités publiques aussi apprennent et s’ajustent. Cela peut concerner la durée du confinement, la pénalisation de la population ou encore les différents types de tests ou le timing associé. Grâce à cette analyse, il est possible de calculer le coût-bénéfice d’une mesure par rapport à une autre et même imaginer des scénarios différents. Que ce serait-il passé si la France avait testé sa population dès le départ ? 

L’épidémiologie économique dresse un tableau des stratégies les plus efficaces et oriente la décision publique pour minimiser les désastres sanitaires comme économiques. Au-delà, elle permet aussi de se pencher sur les répercussions économiques d’une pandémie, comme par exemple, ses conséquences sur la répartition des revenus dans un pays. 

Le monde est temporairement fermé

Photo by Edwin Hooper on Unsplash

Des répercussions économiques ambiguës

Crise économique, pénurie alimentaire, inégalités galopantes : quel monde d’après se dessine ? Combien devra-t-on payer pour une baguette de pain ? Ces questions n’en finissent pas de secouer le débat public. Pour savoir ce que nous réserve le déconfinement, il faut s’intéresser aux impacts économiques des épidémies. 

Si l’horizon à poindre semble plutôt obscurci, il est bon de garder à l’esprit le caractère ambiguë des répercussions économiques des crises sanitaires. Par exemple, en se basant sur le cas du SIDA, l’économiste Young parle d’un « cadeau fait par les morts »4. En augmentant de façon importante, la mortalité réduit fortement l’offre de travail ce qui fait ainsi grimper les salaires. De nouvelles personnes entrent sur le marché du travail : les femmes, notamment les veuves. En travaillant, elles n’ont plus nécessairement les mêmes aspirations vis-à-vis du nombre d’enfants à élever et la fécondité se réduit. Dans la période qui suit, la distribution des revenus par tête s’élève car il y a moins de monde pour se partager le gâteau. Cet effet positif mérite d’être étudié au cas par cas car d’autres auteurs ont identifié un phénomène inverse. D’autres chercheurs mettent en avant un mécanisme inverse, l’effet d’assurance : c’est parce que les individus sont dans l’incertitude sur leur avenir qu’ils ont tendance à faire plus d’enfants en cas de choc de mortalité, afin de s’assurer de leurs descendances5

En ce qui concerne le COVID-19, les données sont encore trop sporadiques pour élaborer des prédictions claires sur l’avenir des économies. Seul le temps-long nous permettra de dévoiler ce qui masque encore aujourd’hui notre vue. En revanche, le projet ECOVID-19 va permettre d’identifier les meilleurs scénarios d’un point de vue sanitaire et économique dans un contexte d’incertitude. Ces résultats, les données et les programmes utilisés seront mis en ligne gratuitement. Le dialogue sera alors ouvert, notamment avec la sociologie ou l’anthropologie pour savoir si la stratégie efficace serait légale et acceptée par la société en France.

  • 4. Young Alwyn, 2007, “In Sorrow to Bring Forth Children: Fertility amidst the Plague of HIV”, Journal of Economic Growth, 12(4), 283-327
  • 5. Boucekkine R., Laffargue J-P., 2010, "On the distributional consequences of epidemics," Journal of Economic Dynamics and Control, Elsevier, 34(2), 231-245

Pour en savoir plus sur le projet ECOVID-19 :

→ Le projet Épidémiologie économique du Covid-19 (ECOVID-19) soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche

Références

Boucekkine R., Bity Diene B., Azomahou T., 2008, "Growth Economics of Epidemics: A Review of the Theory," Mathematical Population Studies, Taylor & Francis Journals, 15(1),1-26.
Boucekkine R., Desbordes R., Latzer H., 2009, "How do epidemics induce behavioral changes?", Journal of Economic Growth, Springer, 14(3), 233-264
Azomahou T. T., Boucekkine R., Diene B., 2016, "HIV/AIDS and Development: A Reappraisal of the Productivity and Factor Accumulation Effects," American Economic Review, American Economic Association, 106(5), 472-477
Boucekkine R., Laffargue J-P., 2010, "On the distributional consequences of epidemics," Journal of Economic Dynamics and Control, Elsevier, 34(2), 231-245

Tags

politiques publiques , épidémie